Gare d'aiguillage


La gare d'aiguillage, aussi appelée "gare centrale ", est un espace de partage d'information qui rend visible tous les éléments utiles aux membres d'un collectif pour y agir en collaboration.

  • le terme gare d'aiguillage a été préféré à gare centrale parce que cet espace n'a pas pour vocation être un "centre" ; c'est avant tout un espace d'interconnexion qui relie et mutualise, une approche en "archipel" pour relier des démarches diverses et qui gagnenraient à sortir de leurs silos.
Sur LabAccès nous voulons en faire un espace qui favorise l'interconnexion des projets, des personnes, des groupes.
C'est un espace de mutualisation des ressources, un donner à voir en attention aux initiatives dans un esprit de coopération ouverte.
Chacun peut écrire et proposer des items mis en liens sur la question des médiations numériques et sociales.
Sur cette page "Wiki", vous pouvez ajouter vos projets, liens, images...
Pour cela, il suffit de "double-cliquer" n'importe ou sur la page, et vous accéderez à l'éditeur. A vous de jouer !

L'actualité de la médiation numérique et de l'accès aux droits en Bretagne


a-brest

Canal Ti Zef propose une formation Trello le 11 février de 14h30 à 16h30.

Mais késkecé un Trello ? C'est un outil collaboratif en ligne, que nous utilisons pour organiser la programmation de nos Festivals.
On en profitera aussi pour discuter sur la manière de choisir de programmer tel film et de l'analyser !

Tout le monde est le bienvenue, la formation est accessible aux débutants ! Sous condition d'adhésion à Canal Ti Zef (la cotisation est à prix libre).
Envoyez un mail à contact@canaltizef.infini.fr ou appelez nous au 09.72.52.46.49 pour participer :)


Accéder à l'intégralité du contenu

Cette initiative fait partie des 40 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l'Appel à Projets "Usages du numérique" 2020

Les chats cosmiques, “une association de noobs par des noobs pour des noobs”

Partant du constat qu'il n'est pas toujours facile d'aborder les enjeux numériques actuels en tant que néophyte et que l'absence de maîtrise de certains outils techniques novateurs peut être un handicap, l'association Les Chats Cosmiques a été créée en décembre 2013 afin de faciliter les échanges entre utilisateur.rice.s novices et expérimentés.
Axée sur la médiation culturelle, linguistique et transmédia, ses objectifs sont divers :

  • Découverte et promotion des cultures numériques
  • Apprentissage collaboratif et vulgarisation d'outils techniques libres
  • Démocratisation des philosophies libristes et de l'Open Source
  • Coopération et partage des ressources et des connaissances.

Depuis sa création, les Chats cosmiques travaille à créer des passerelles autour de ces problématiques tout en s'initiant aux multiples enjeux que soulèvent la création et le numérique, en particulier dans des contextes collaboratifs et libristes. Au cours de ses nombreux projets, l'association a été amenée à collaborer avec des artistes, développeur.euse.s et créateur.rice.s toujours plus nombreux.euses. Certains litiges émanant de pratiques amateurs de part et d'autre ont suscité une envie d'approfondir le sujet du droit d'auteur avec les spécificités parfois très complexes que génèrent les contextes de l'association et ses missions hybrides.

Ce projet s'inscrit dans la lignée de précédents projets menés depuis 2013 dans le cadre de la Cosmicbox d'une part (médiathèque libriste nomade) et de la Subparty d'autre part (traductions de ressources militantes autour des questions hacktivistes et libristes), mais cette fois avec le soutien d'une entreprise privée pour financer l'intervention d'un traducteur professionnel.
A ses côtés, les adhérent.e.s de l'association ont d'ores et déjà entrepris de contribuer depuis le 1er trimestre 2020 à la traduction collaborative de Copy This Book, ouvrage anglophone imprimé et numérique en licence CC-BY-NC, dont l'auteur Eric Schrijver est une figure éminente des communautés libristes et open source belgo-néerlandaises, afin de faciliter sa publication et sa diffusion ultérieures auprès des publics francophones.

Cet ouvrage est un guide pratique de la propriété intellectuelle et des licences non privatives à l'usage des artistes. Il contient de nombreuses études de cas contextualisées en droit étranger. Afin qu'il puisse servir à diffuser davantage les pratiques libristes et open source au sein des communautés de créateur.rice.s artistiques, l'association veut travailler non seulement à traduire les contenus de cet ouvrage mais aussi à transposer certaines de ses références artistiques et juridiques à des contextes de création et de droit français, afin de mieux tenir compte de leurs particularités. L'intention des Chats cosmiques est ici de publier à terme un site web contributif rendant accessibles ses recherches sur les particularités du libre face au droit d'auteur des professionnels artistiques. Ce site permettra de centraliser, diffuser et relayer une multitude de références en matière d'accès au droit, utiles tant pour l'information des citoyen.ne.s et usager.e.s de contenus culturels, que des artistes et créateurs de tous poils potentiellement désireux.euse.s. de partager leurs créations dans des contextes appropriés et maîtrisés.

Afin de permettre cette transposition, l'association Les Chats Cosmiques sollicite auprès de la ville de Brest un soutien financier pour confier à des prestataires professionnels le développement et le formatage d'une interface web contributive, en licence non privative, au courant de l'année 2021.

Les bénéficiaires peuvent être envisagés en deux groupes :

  • les bénéficiaires contributeurs, souhaitant ajouter des références pour implémenter la plateforme,
  • les bénéficiaires non contributeurs, c.à.d. des usager.e.s souhaitant simplement s'informer, amateur.e.s comme professionnel.le.s, confirmé.e.s ou débutant.e.s

Dans un premier temps, des bénéficiaires contributeurs seront appelés à oeuvrer à la mise en commun de références. Ce premier appel à contributions sera diffusé auprès d'un réseau déjà impliqué dans la diffusion de savoirs liés au fonctionnement de la propriété intellectuelle par contraste aux licences non privatives. Militants des cultures du libre, artistes s'intéressant au droit, juristes, associations partenaires seront contactés pour cette première phase. Les bénéficiaires non contributeurs seront impliqués dans la consultation des ressources relayés sur le site à partir de sa publication. Tout.e lecteur.rice pourra contribuer en s'inscrivant au groupe gestionnaire de la liste de références via le logiciel Zotero.

Nous espérons une dizaine d'usager.e.s individuell.e.s hebdomadaires sur le site au courant de la première année d'activité, soit environ 520 personnes par an, tout en souhaitant voir ce chiffre augmenter significativement dès la 2e année de mise en ligne.

OBJECTIFS : ENCOURAGER DES BONNES PRATIQUES ENTRE LIBRISTES ET AUTEURS

Se sentir concerné.e.s
Notre association compte des libristes, des artistes parmi ses adhérent.e.s et ses administrateur.trice.s. Certains d'entre eux sont des militant.e.s des cultures libristes, la plupart des créateur.rice.s soucieux.ses de s'informer de leurs droits d'une manière appliquée, au-delà de la théorie. Nous savons que nous serions les premiers à vouloir nous appuyer sur une telle ressource, inexistante jusqu'alors, pour nos propres usages. Nombreux.ses devraient être celleux qui la trouveront utile également. Notre expérience avec le public visé repose sur la rencontre de nombreuses personnes au cours des 6 dernières années dans le cadre de nos divers projets, en particulier la Cosmicbox et lors d'évènements culturels et numériques auxquels nous avons participé ou que nous avons initiés. Nous sommes aussi régulièrement en contact avec des étudiant.e.s, des artistes, des enseignant.e.s, des développeur.euse.s, des journalistes, des éditeur.trice.s, des juristes, des rédacteur.trice.s, des traducteur.trice.s… Tou.te.s sont concerné.e.s par, à défaut de s'intéresser à, la propriété intellectuelle, d'autant plus au vu des changements profonds que prévoit d'induire la réforme européenne sur le droit d'auteur à l'heure du numérique.

Une approche axée sur les usages
Depuis la naissance de l'association, plusieurs expériences de collaboration avec des associations et artistes nous ont amené.e.s à nous documenter sur le droit en matière de création artistique et de production/diffusion d'oeuvres en licences non privatives. Pour s'informer, de nombreuses ressources francophones existent en ligne (sur le site du CNAP, de l'April, JurisPedia, CreativeCommons.fr, INPI, Copyleft Attitude, Adagp, La Quadrature du Net, S.I.Lex, etc) mais nous avons été confronté.e.s à un manque de références centralisant ces documents, qui restent très segmentés par domaines et le plus souvent peu axés sur des angles « pratiques » et « concrets », pour les créateur.trice.s comme pour les usager.e.s.
À travers nos expériences dans différents champs de la création, nous observons de plus chez nos interlocuteur.trice.s, qu'ils soient créateur.trice.s ou diffuseurs, une grande méconnaissance de leurs droits. Face au constat du manque d'un point d'indexation des documentations existantes, nous souhaitons combler cette lacune en publiant un site qui les rassemble, ce qui s'inscrit dans la continuité de notre projet de Cosmicbox, qui avait permis à l'association de se familiariser avec les problématiques du partage de contenus en licences non privatives entre 2013 et 2016.

Transposer et vulgariser pour mieux initier

Cette initiative est consécutive à la lecture de l'ouvrage Copy This Book – An artist's guide to copyright, dirigé par Eric Schrijver. Véritable guide pratique et critique du droit d'auteur à l'usage des artistes, nous pensons que ce livre est un chaînon manquant dans l'accès au droit car il aborde les nombreuses législations expliquées par des cas juridiques concrets. Cette approche explicative, didactique mais loin d'être simpliste, favorise la compréhension en un seul volume de nombreuses subtilités appliquées à divers champs de la création.
Les Chats Cosmiques a reçu l'accord enthousiaste de son auteur pour traduire ce livre en français au printemps 2020. Cette action est accompagnée d'une recherche bibliographique pour transposer certains exemples dans le contexte culturel francophone. À cette occasion, nous actualiserons avec l'auteur ce qui a été écrit avant l'adoption de la Directive Européenne sur les droits d'auteurs en mars 2019 et actualiserons les informations du livre, très axées « métiers », en lien avec la transposition dans le droit français de cette directive et divers métiers sous-représentés.

Il s'agit de combler un manque d'utilité publique, sociale et culturelle sur des modalités contributives. Le site s'adressera avant tout aux créateur.trice.s qui souhaitent s'informer sur le fonctionnement du droit d'auteur en France, un sujet ardu et sur lequel butent nombre de professionnel.le.s, qu'ielles soient jeunes ou expérimenté.e.s. Des lacunes en droit appliqué à l'art existent par ailleurs dans les formations au niveau de l'enseignement artistique secondaire et supérieur. Elles sont encore plus flagrantes lorsque la question de la professionnalisation intervient dans les parcours d'artistes, toutes générations confondues, et cela ne facilite pas l'assise de modèles économiques soutenables pour ces professionnel.le.s, souvent voué.e.s à la précarité. Cela est d'autant plus visible lorsqu'il s'agit de professionnel.le.s s'engageant sur la voie de l'entreprise indépendante, auto-produite et auto-diffusée. En parallèle, le manque de formation en la matière dans les établissements publics augmente le risque de litiges ou de manque de protection ; les syndicats professionnels assurent alors des missions de conseil et d'appui mais cela se fait au dépend de nombreux différends qui pourraient être évités en améliorant l'accès au droit.

Face à cela, les usager.e.s potentiel.le.s, non-expert.e.s et amateur.e.s, en particulier les médiateur.trice.s et associations, peinent à définir de manière précise les périmètres dans lesquels ielles peuvent être autorisé.e.s, ou non, à s'appuyer sur ou à s'approprier des oeuvres existantes ou en création. Leurs propres modèles économiques étant déjà souvent contraints en termes de ressources et budgets dédiés aux contenus culturels, créatifs ou artistiques, cela limite d'emblée leur accès à des créations de qualité. Il ressort dans les discours de ces écosystèmes qu'un fossé existe entre deux mondes que tout serait soi-disant voué à séparer : d'un côté, des cultures et des esthétiques libristes ou axées sur le partage, considérées comme « cheap » et « gratuite », par contraste avec une création de qualité, « propriétaire » et verrouillée par la protection du droits d'auteur et ses modèles de rémunération.

Nous sommes convaincu.e.s que de nouveaux modèles hybrides sont précisément en train d'émerger plus pleinement au sein des communautés de la création et nécessitent de faciliter le dialogue entre ces 2 mondes. C'est ce dialogue que nous souhaitions déjà encourager dans tous nos précédents projets, numériques, transmédia, DIY ou (ré)créatifs, et sur lequel l'ouvrage Copy This Book met des mots précis doublés d'arguments convaincants axés métiers.

OBJECTIFS & RESSOURCES DU PROJET

Impatients de contribuer à la diffusion du livre auprès d'un public qui l'attend, nous profitons de cette dynamique pour l'associer à la publication d'un site qui renverra aux textes sur lesquels s'appuie la localisation des exemples et ressources associés à l'ouvrage. Nous souhaitons mettre en place un outil d'indexation de références à la manière d'une grande bibliographie/sitographie solidaire permettant de faciliter l'accès à la documentation juridique pour les auteurs.

Un moteur de recherche interne au site permettra aux visiteurs de trouver le plus précisément possible les informations qu'ils cherchent. Le mode de contribution au site reposera sur un logiciel libre existant, Zotero, qui permet la réalisation et la collecte de documents individuellement et collectivement. Nous souhaitons nous appuyer sur cet outil pour développer le site autour des API Zotero Web v3 et libZotero, qui permettront de relayer les documents rassemblés par le groupe d'usagers contributeurs.

Un guide pas-à-pas permettra d'informer les visiteurs de la démarche pour devenir contributeurs.

Les besoins essentiels à la bonne conduite de notre projet sont identifiés comme étant :

  • une utilisation appronfondie du logiciel Zotero ;
  • la prise en main de l'API Zotero Web v3 et libZotero afin de l'utiliser dans des fichiers .php et .html ;
  • la mobilisation de nos réseaux associatifs pour constituer la bibliographie/sitographie solidaire.
    Nous disposons des méthodes et ressources liées à l'acquisition des savoirs nécessaires à la conduite de ce projet. L'auto-formation et le partage des connaissances en droit et en informatique entre les membres de notre association (et les partenaires du projet) permettront de progresser sur ces aspects.

Le développement de ce projet s'appuiera largement sur des ressources mobilisées en interne pour la conception, la coordination et la communication mais l'association Les Chats Cosmiques sollicite auprès de la ville de Brest un soutien financier car il nécessitera de faire appel à des interlocuteurs externes pour le conseil et la recherche, en particulier sur les aspects juridiques, ainsi que pour l'hébergement de la plateforme, son développement et sa maintenance, son animation et son design.

PARTENAIRES DU PROJET
Mathieu Roquet : Chef de projet et président des Chats Cosmiques - Usager quotidien de logiciels libres
Designer graphique et directeur artistique, mon travail s'inscrit dans un champ éditorial élargi : direction artistique et conception d'ouvrages imprimés, réalisation de dispositifs numériques, signalétiques et scénographiques. J'ai été chargé de l'artothèque de l'École Supérieure d'art et design Le Havre-Rouen de 2016 à 2018 et je dispense depuis 2019 des cours de "design graphique : fondamentaux" et "programmation informatique" au sein de la Licence Pro à l'Université Rennes 2.

Eric Schrijver : concepteur d'interactions, artiste et auteur néerlandais qui vit et travaille à Bruxelles
Eric dirige un blog collectif intitulé I like tight pants and mathematics, qui vise à motiver les concepteurs et les artistes à s'impliquer davantage dans le monde de la programmation informatique. Ancien membre clé du collectif Open Source Publishing, il a enseigné la conception et la programmation informatique au sein du département de conception graphique de la KABK, à La Haye, et a également animé des ateliers dans des écoles du monde entier. Copy This Book est son premier ouvrage et aborde d'une manière critique les concepts et philosophies, motivations, qui sous-tendent le droit d'auteur et sa protection, notamment lorsque cela rentre en conflit avec l'intérêt du public.

Alice Pennors : Analyste stratégique - soutien opérationnel bénévole acquis
Alice Pennors cultive la passion des cultures numériques et de l'innovation mais milite aussi en faveur des outils, contenus et philosophies libristes au travers des Chats Cosmiques, association dont elle est co-fondatrice. Au-delà de proposer des solutions de collecte et de cartographie de l'information, elle s'implique activement auprès des acteurs du développement économique, associatif et culturel local et régional au travers d'accompagnements axés sur la création, la diffusion et l'appropriation d'outils numériques collaboratifs variés et adaptés à toutes sortes de publics et de problématiques. Son intérêt pour les problématiques du droit face aux licences non privatives dans les métiers artistiques créatifs découle entre autres de son implication actuelle dans Atlantic Youth Creative Hubs, programme Interreg européen dédié à favoriser la professionnalisation de jeunes en insertion au travers de méthodes transversales et innovantes.

Mathieu Soula : développeur confirmé - soutien opérationnel acquis

Mathieu accompagne depuis sa création l'association les Chats Cosmiques et ses membres dans leurs initiations aux cultures numériques et tous les projets nécessitant de coder. Passionné de retro-gaming, il a longtemps été membre de la communauté française bénévole de traduction de jeu-video et s'initie désormais à la pratique du Creative coding, une forme de création artistique mêlant mathématiques et programmation.

Nelson Luce : Rédacteur-traducteur - soutien opérationnel effectif
Passionné de jeux vidéo et de nouvelles technologies, Nelson a soutenu nombre de projets de traductions libristes des Chats cosmiques dans le cadre de la Subparty depuis 2016, tout d'abord en tant qu'étudiant du Master 2 de rédaction-traduction de l'UBO puis en tant que bénévole chargé de centraliser le travail des étudiant.e.s de ce même master par la suite.

Autres soutiens envisagés

Lionel Maurel (conseil juridique), Vladimir Ritz (conseil juridique), Direction et enseignant.e.s de l'École Européenne Supérieure d'art de Bretagne (intervention pour sondage auprès des étudiant.e.s et rencontres ou débats), Direction et enseignant.e.s de l'École Supérieure d'Art et Design Le Havre Rouen (idem), Bachir Soussi-Chiadmi (membre de l'association Outils Libres Alternatis), Association nationale des écoles supérieures d'art et design publiques (sondage auprès des enseignant.e.s et diffusion du site), Comité Pluridisciplinaire des Artistes-Auteurs et des Artistes-Autrices (sondage auprès du comité et ses membres), Centre National des Arts Plastiques (diffusion du site), Association francophone des graphistes libres (sondage auprès des membres et diffusion du site) et d'autres artistes professionnel.le.s axé.e.s sur le partage et le libre/open source, au niveau local, régional, national ou international

Calendrier prévisionnel du projet

Date de démarrage (mois,année) 01/2021
Durée (en mois) 2
Étapes / actions :

  • Mise en place du groupe de travail de collecte sur Zotero
  • Appel initial à contributions
  • Collecte du contenu
    Objectifs
  • Débuter le projet
  • Fédérer un premier groupe de contributeurs
  • Commencer les recherches

Date de démarrage (mois,année) 02/2021
Durée (en mois) 3
Étapes / actions :

  • Design de l'interface du site
  • Questionner les contributeurs sur leurs attentes
  • Développement
  • Rédaction des contenus
  • Installation - Débug
    Objectifs
    Concevoir et réaliser le site, lire et corriger

Date de démarrage (mois,année) 04/2021
Durée (en mois) 2
Étapes / actions :

  • Mise en ligne du site
  • Diffusion auprès des réseaux partenaires en France et dans les régions francophones
    Objectifs
    Rendre public nos recherches et les diffuser

Organisme porteur du projet : association Les Chats Cosmiques
Coordonnées : hello@leschatscosmiques.net // 10, rue de Lyon – 29200, Brest

Responsable du projet :
Mathieu Roquet, président
Contacts : hello@leschatscosmiques.net


Accéder à l'intégralité du contenu

Cette initiative fait partie des 40 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l'Appel à Projets "Usages du numérique" 2020.

Présentation de l'association

Créée en 1977, la MJC de l'Harteloire est une MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE, affiliée à la Fédération Régionale des MJC de Bretagne. Elle est agréée
« Jeunesse et Éducation Populaire » par son ministère de tutelle . Son objectif statutaire est « d'offrir aux jeunes comme aux adultes la possibilité de prendre conscience de leurs aptitudes, de développer leur personnalité et de se préparer à devenir les citoyens actifs et responsables d'une communauté vivante ». La MJC organise d'une part des activités, de l'autre des manifestations culturelles et socioculturelles.


Présentation du projet

Depuis plusieurs années la MJC de l'Harteloire propose des ateliers Bande Dessinée sur inscription à l'année. Cette saison, profitant de l'arrivée d'un nouvel animateur spécialisé nous sommes amenés à repenser cette activité en ajoutant au travail traditionnel sur papier l'ajout de la partie numérique du traitement de l'image et du texte. Cet atelier, qui remporte déjà un franc succès, connaît une demande en augmentation. Nous comptons proposer cette pratique alliant fibre artistique et usage numérique de façon plus régulière.

De plus, la MJC Harteloire est depuis de nombreuses années amie et soutien de l'association Brest en Bulle( organisatrice des Rencontres Brestoises de la BD ) .
Le projet de l'atelier BD pour la saison 2020-2021 est de participer à la nouveauté de l'édition 2021 du festival qui sera un prix « Jeunes talents » , pendant lesquels les jeunes pourront exposer leurs productions.

Notre présente demande est donc d'équiper l'espace multimédia de la MJC de matériel spécifique dédié au dessin ( 7 tablettes graphiques et 2 iPad avec le logiciel Comics Book Reader (Cdisplay Ex ) sur Apple afin de permettre aux jeunes de concevoir une histoire de A à Z, de la conception à la réalisation ( dessin, colorisation, mise en page, textes ) et consultable sur internet .

Objectifs :

  • Faire connaître et développer la connaissance de la BD comme un genre littéraire à part entière, « non figé » évolutif et résolument moderne.
  • Moderniser la pratique de la BD en faisant cohabiter la conception traditionnelle ( planche à dessin ) avec les outils numériques utilisés par tous les auteurs actuels.
  • Développer l'usage des tablettes graphiques, périphériques dédiés au dessin.( Ce matériel pourra évidemment être utilisé dans divers projets portés par la MJC .)

Calendrier

L'atelier est mis en place depuis Septembre 2020 et s'articule autour de la découverte des genres , d'échanges de coups de cœurs et d'ébauche de scénario .

  • Courant Octobre, les jeunes pratiqueront la BD traditionnelle puis, dès Novembre appréhenderont l'utilisation des tablettes graphiques.
  • Juin 2021 : diffusion sur les médias numériques et sur support papier des productions des jeunes auteurs.
  • Septembre 2021 Exposition et remise du prix « jeune talent » pendant les Rencontres Brestoises de la BD 2021

Accéder à l'intégralité du contenu

Le nouveau numéro d'On n'est pas des moutons est en ligne :

Ce mois-ci, les jeunes de l'équipe s'intéressent à l'utilisation qu'il.elle.s font des réseaux sociaux.
Au programme :

  • Une chronique
  • Un micro trottoir au collège La Croix Rouge à Brest
  • Une interview de Marco Alessi, réalisateur du film toni_with_an_I
  • Une interview d'Amélie Martinez, jeune instagrameuse brestoise

Accéder à l'intégralité du contenu

Cette initiative fait partie des 40 projets soutenus par la Ville de Brest dans le cadre de l'Appel à Projets "Usages du numérique" 2020.

Présentation de l'organisme porteur du projet
L'association Infini est un hébergeur libre, associatif, solidaire, non-marchand, militant. Elle a pour objectif de promouvoir l'usage d'internet, à des fins non commerciales ou coopératives, organiser des activités associatives liées à ce réseau, former le public à ces technologies.

Plusieurs actions concrétisent ce projet :
• hébergement de sites web, de courriels, de listes de diffusions...
• formations, accompagnements
• Point d'Accès Public à Internet (PAPI)
• mise en réseau des compétences
• assistance technique
• promotion des utilisations, ainsi que toute autre action en accord avec l'objet de l'association.

Partenaire
Centre social mobile La Roulotte
Destinée aux voyageurs, « la Roulotte » est un centre social mobile qui circule sur les aires d'accueil des gens du voyage de Brest, Gouesnou, Guipavas, Le Relecq-Kerhuon, Plouzané et Bohars.

Elle fait office de passerelle vers les médiathèques, centres sociaux, centres départementaux d'action sociale (CDAS), maisons pour tous, associations…qui existent sur le territoire. Son rôle premier est la facilitation de l'accès au droit commun pour les voyageurs. Le projet social 2019-2022 s'articule autour des quatre axes suivants : l'habitat et le cadre de vie, la scolarisation et l'insertion (au sein duquel se situe l'accès au numérique), la santé et le bien-être et la participation
(dont l'accès au numérique fait également partie).

Synthèse du projet

Le projet proposé par Infini et La Roulotte est de faciliter l'accès aux droits par un
accompagnement au numérique pour tous, sur l'aire d'accueil de Kervallan à Brest.
Au-delà de ces demandes, nous sommes amenées à répondre à toute question relevant du numérique (créer une annone sur le site le bon coin, télécharger une application…).
Ce projet est reconduit chaque année depuis septembre 2017, il évolue, au fil du temps, notamment par l'intégration de plus de voyageurs, la relation de confiance avec Infini étant maintenant bien installée.

Objectif du projet
L'objectif principal de l'action est de faciliter l'accès au numérique et donc au droit commun aux gens du voyage. En effet, du fait de leur mode de vie, le public gens du voyage est éloigné du numérique mais se voit contraint de l'utiliser notamment du fait de leur statut d'auto entrepreneur.
L'action a pour but de faciliter la recherche d'emploi pour tous, hommes et femmes et donc de lutter contre toute discrimination, qu'elle soit liée à l'emploi, à l'habitat en caravane ou au sexe. La participation des habitants étant une préoccupation principale pour le centre social, l'accès au numérique se voit être un outil de participation à travers l'expression sur internet, sur la gazette du centre social ou en communiquant par internet. Le projet se veut également un outil de valorisation
des compétences des gens du voyage à travers leur implication dans le réseau numérique et la mise en avant de leur activité professionnelle. Les aires d'accueil ne disposant pas de point PAPI, l'action a pour objectif d'en devenir un, mobile, à destination des habitants des aires d'accueil du centre social.

Enfin, le centre social et l'association Infini bénéficient d'un bon réseau partenarial et l'action accès au numérique permet d'entretenir ce lien. Par exemple, les travailleurs sociaux, les CCAS, les agents d'accueil des terrains orientent souvent les voyageurs vers cette action.

Objectifs intermédiaires :

  • Permettre aux voyageurs l'accès au droit commun par le biais du numérique
  • Lutter contre l'illettrisme
  • Faciliter les apprentissages scolaires aux enfants du voyage
  • Créer une dynamique de groupe permettant les échanges d'information et la formation entre voyageurs au sujet du numérique
  • Faire face à la dématérialisation des démarches administratives.
  • Accompagner les voyageurs sur l'utilisation des applications sur leurs smartphones


Contenu du projet

Plusieurs contenus sont envisagés pour la mise en oeuvre de l'action :

  • La venue régulière sur l'aire d'accueil de Brest, avec la Roulotte équipée du matériel nécessaire déjà mis à disposition par la Ville de Brest
  • L'accompagnement dans la création de sites, pages Facebook, email, espace personnel auprès des sites des administrations, recherche d'informations…
  • Réalisation d'articles pour La gazette du centre social, reportages photos, vidéo avec le centre social
  • Alimentation du site internet www.laroulotte.infini.fr à destination des professionnels et des gens du voyage créé par l'association Infini en 2019
  • L'aide à l'installation et à l'utilisation d'applications permettant l'accès au droit commun (Ameli, CAF, autoentrepreneur URSSAF, bon coin…)
  • Répondre à toute demande en lien avec le numérique

Public visé :
Le projet s'adresse à la population des gens du voyage, avec un accueil privilégié pour les adultes.
Les gens du voyage sont parfois fixes depuis plusieurs dizaines d'années et certains
voyagent encore régulièrement, au gré du marché du travail. La plupart des hommes travaillent de façon précaire, les femmes sont majoritairement mères au foyer et les enfants fréquentent moins d'école après l'âge de 12 ans, les parents préférant l'inscription au CNED plutôt que l'intégration à un collège. La scolarisation des enfants reste un point sensible, car on observe qu'avant la Toussaint et après Pâques, les enfants fréquentent l'école en pointillé.

Les habitants sont accompagnés sur Brest par deux travailleurs sociaux du service gens du voyage du CCAS lorsqu'ils sont domiciliés sur Brest ou par le CDAS.
On remarque un fort taux d'illettrisme chez les adultes et une communication essentiellement par téléphone avec les institutions, la gestion des courriers est aléatoire et se voit complexifiée par la dématérialisation systématique des documents sauf intervention des personnes pour recevoir leurs documents en format papier. De ce fait, ils n'ont pour la plupart qu'une seule solution pour accéder à leurs justificatifs : les télécharger en ligne mais sans outillage informatique, cela s'avère
impossible.

La Roulotte peut accueillir environ 8 adultes mais l'action peut toucher tous les habitants du terrain de Kervallan. (35 emplacements familiaux). De plus, du fait de l'arrivée du coronavirus, l'utilisation de La Roulotte est interdite, nous faisons donc de l'accompagnement en porte à porte, sur les terrains et les voyageurs nous invitent parfois dans leur caravane.

Accompagnement
L'association Infini et les coordinatrices du projet social de l'aire d'accueil des gens du voyage.

Calendrier prévisionnel
Le P.A.P.I. mobile sera présent sur les terrains tous les vendredis après-midi ou en fonction des demandes à partir du 18/09/2020 jusqu'à la mi-septembre 2021.

Association Infini
infini.fr
186 rue Anatole France
29200 BREST
Tél : 02-98-80-47-51

Coordonnées du responsable du projet :
Aude Barthélemy
186 rue Anatole France
29200 BREST
Tél : 02-98-80-47-51


Accéder à l'intégralité du contenu

Bretagne Créative

Deux cartes : « Numérique pour tous » et « Coworker au Pays de Morlaix » pour identifier facilement un lieu proche de chez soi.- Un espace de médiation où trouver un conseil ou des services numériques ; – un espace de coworking pour télétravailler ou louer un bureau ponctuellement dans de bonnes conditions.

La transition numérique est en marche et entraine une forte augmentation de la diversité des démarches à effectuer de manière dématérialisée.

Si la connexion internet est un service incontournable, l'accompagnement aux usages du numérique devient également crucial pour chacun, afin de finaliser ses démarches en ligne sereinement.

La carte « Numérique pour tous » est destinée à tout individu ou professionnel souhaitant informer ou être informé sur les lieux et services en matière de médiation numérique.

La carte « en un clic » : https://numeriquepaysdemorlaix.gogocarto.fr

La transition numérique entraine aussi de nouveaux usages dans nos pratiques quotidiennes. Le télétravail est devenu incontournable pour certains, et travailler chez soi, ne réunit pas toujours les conditions idéales. Pour bénéficier de conditions appropriées en mode nomade, ou au plus près de chez vous, vous pourrez trouver le lieu et les services sur la carte « Coworker en Pays de Morlaix ».

La carte « Coworker en Pays de Morlaix » est destinée à tout individu (étudiant ou professionnel…) souhaitant disposer d'un espace accueillant pour briser l'isolement (animations ou rencontres de pairs, freelance, …) et d'être informé sur les lieux et services proposés (bureaux individuels, partagés, conditions d'accès et contact) pour choisir en fonction de ses besoins, le lieu qui lui convient pour coworker.

La carte « en un clic » : https://coworkerpaysmx.gogocarto.fr/

Le Pays de Morlaix a choisi d'initier un projet de cartographie en vue d'améliorer la visibilité et la lisibilité de l'offre du territoire en matière de médiation numérique. Les cartes produites recensent déjà les lieux de plusieurs communes. Réalisées en open source, il est offert à tous, la possibilité de modifier ou compléter les données.

Ces cartes collaboratives ont été créées dans le cadre des actions collectives portées par la Communauté Numérique du Pays de Morlaix, avec l'appui du projet Coopcarto et la contribution active de nombreux partenaires : Haut Léon Communauté, Cyberbase de Morlaix Communauté, La Sphère à Landivisiau, les services de l'action sociale du Conseil Départemental du Finistère, les MSAP, …Vous pourrez aussi retrouver ces cartes sur les sites internet des partenaires-contributeurs.

ces actions ont fait l'objet d'un financement FEDER.


Accéder à l'intégralité du contenu

Dès les premiers jours du confinement de mars dernier, notre réseau Marsouin a travaillé à monter une enquête « CAPUNI Crise », miroir confiné de notre enquête « CAPUNI 2019 » sur les usages du numérique par les individus. Nos résultats quantitatifs, articulés les résultats avec nos programmes de recherche antérieures ou parallèles, interrogent les dimensions sociales et démocratiques du confinement à travers l'évolution des usages des technologies numériques en particulier dans les focales télétravail et école à la maison.

Pour les inscriptions , suivez le lien : JE M'INSCRIS

Voici le programme et les intervenants du webinaire de recherche qui se tiendra de 14h à 16h30 le mardi 9 mars 2021

14h : Introduction générale
Présentation de l'enquête par l'équipe Marsouin : Fabien Collas, Géraldine Guérillot, Soazig Lalancette, Sandra Trébaol

14h30 : Télétravail
Intervenant : Thierry Pénard, CREM, Université de Rennes 1, Co-directeur de Marsouin
Discutant : Marc Dumas, LEGO, Université de Bretagne Sud

15h15 : École à la Maison
Intervenant : Pascal Plantard, CREAD, Université Rennes 2, Co-directeur de Marsouin
Discutant : André Tricot, Lab Epsylon, Université Paul-Valéry Montpellier 3

16h Table-ronde : perspectives post-covid

Avec comme grand témoin : Patrice Flichy, LATTS, Université Gustave Eiffel

Si vous avez des questions n'hésitez pas à nous contacter via l'adresse contact@marsouin.org


Accéder à l'intégralité du contenu

Les petits débrouillards sont un partenaire régulier de l'Université Rennes 2.

Demain, samedi 13 février 2021, ce sont les portes ouvertes de l'Université. Plusieurs rencontres à distance sont organisées pour répondre aux questions des lycéens qui veulent choisir leur future orientation pour ParcourSup ou encore les professionnel·le·s qui souhaitent se former dans le cadre de la formation professionnelle continue.

Vous en saurez plus sur le site de Rennes 2.

Nous attirons particulièrement votre attention sur deux formations à la médiation numérique :

  • Le DEUST MAED USETIC, DEUST (diplôme bac + 2) en sciences de l'éducation, métiers de l'animation EDucative mention Usages Socio-Educatifs des Technologies de l'Information et de la Communication
  • La Licence Professionnelle USETIC, Licence professionnelle Usages Socio-Educatifs des Technologies de l'Information et de la Communication.

Rejoignez la visio-conférence pour poser vos questions et échanger avec les enseignants et les étudiants de ces formations : https://bbb-conf.univ-rennes2.fr/gl/guy-ezj-tac-dxq

Venez de 9h à 12 heures comme vous voulez !

Enfin, si ce sont les sciences de la matière, c'est à l'université Rennes 1 qu'il faudra aller se renseigner.

L'article Les formations professionnelles à la médiation numérique à Rennes est apparu en premier sur Les petits débrouillards.


Accéder à l'intégralité du contenu

Sollicité pour une intervention à la table ronde : "Quelles sources de financements pour les actions de médiation numérique ?" pour la rencontre Numérique en communs de sud-Charente, voici une contribution qui reprend quelques éléments structurants de la démarche d'inclusion numérique développée à Brest depuis 20 ans (1997).

Dans l'espace contraint de 6 minutes je ne pourrai pas détailler la présentation d'une dynamique en économie contributive qui constitue un pas de côté par rapport aux modèles actuels (hubs, appels à projets compétitifs ..) dans un contexte de dématérialisation sans alternative d'accueil physique de proximité.

Aussi je vais juste indiquer les grandes lignes d'une démarche de politique numérique inclusive développée à Brest depuis plus de 20 ans et qui se poursuit aujourd'hui. [1]

Dans une ville qui n'est pas particulièrement riche le premier principe pour cette politique publique a été un « Faire avec » qui facilite l'implication des acteur.ice.s du territoire. Ainisi avec un budget très modeste (1 à 2 € par habitant), il a été possible de mettre en place en 10 ans (1997-2007) une centaine de Points d'Accés Publics Internet (les Papis) de proximité (à moins de 400 m de la plupart des habitant.e.s). Si dans des quartiers politiques de la ville, deux emplois sont pris en charge par la ville, la plupart de ces Papis sont une implication des acteur.ice.s des lieux d'éducation populaire et de solidarité. L'inclusion numérique est ainsi intégrée dans les activités en s'appuyant sur un large bénévolat. Dix ans plus tard les Papis sont toujours là avec une évolution des publics vers une demande de plus en plus sociale comme l'ont montré les 3 enquêtes réalisées.


Dans le cadre du projet Riposte Créative Bretagne sur les ripostes face à la crise sanitaire et aux crises à venir et au croisement du Labacces sur l'accès aux droit porté par le Tilab laboratoire d'innovation publique de la région Bretagne et des services de l'état en région, nous avons initié une gare centrale sur les médiations numériques et l'accès aux droits [2] qui rassemble, dans une écriture ouverte à tous, les études publiées en Bretagne (ville de Brest, labaccés, GIS Marsouin, région ..). La notion de gare centrale, appelée ici gare d'aiguillage dans une vision de réseau en archipel désigne un « espace de partage d'information qui rend visible tous les éléments utiles aux membres d'un collectif pour y agir en collaboration ». [3]


Le second volet de cette économie contributive est l'appel à envie de faire, un appel à projet où, depuis 17 ans, TOUS les projets sont retenus. Cette démarche en attention et en soutien aux envies de faire favorise l'implication des acteur/ice.s locaux et permet de soutenir chaque année une quarantaine de projets avec un budget de 50cts d'€ par habitant. Alors que la plupart des appels à projets basés sur la compétition laissent de côté une majorité des envies de faire et développent une culture de la compétition et du "cacher cotre copie", ici tous les projets sont publics et coopèrent. [4]. Ce donner à voir des projets publiés chaque année ne va pas de soi dans une société où nous avons appris à l'école à cacher notre copie plus qu'à publier. C'est aussi une valorisation, une reconnaissance qui valorise et renforce le pouvoir d'agir des acteur.ice.s locaux. C'est aussi un changement de posture pour la collectivité dont les communications sont habituellement centrées sur son action propre plus que dans l'accompagnement d'une écriture ouverte à tou.te.s.

Cette démarche d'inclusion numérique, en frugalité, nécessite un temps long, au rythme des changements de culture et d'une appropriation de la culture de la coopération par les acteur.ice.s :
- il a fallu dix ans pour que le dernier équipement de quartier devienne un PAPI qui concerne aujourd'hui les mairies de quartier, bibliothèques de quartier, centres sociaux, patronages laIques ..
- c'est au rythme d'un quartier par an que l'accès accompagné à internet en habitat social à 1 € par mois est aujourd'hui adopté, après à chaque fois un vote des habitat.e.s, dans treize quartiers à Brest. [5]
- la culture de la coopération c'est aussi 10 à 15 personnes formées à l'animation de projets coopératifs chaque année dans les formations hybrides Animacoop (une centaine d'heures sur 13 semaines) qui crée progressivement un terreau fertile pour une coopération ouverte, socle des rencontres tous les deux ans du Forum des usages coopératifs.


C'est dans cette démarche d'apprendre ensemble que nous ébauchons en Bretagne un projet de "Communauté apprenante des acteur.ice.s des médiations numériques et de l'accès aux droits en Bretagne" reliant chercheurs, collectivités acteur.ice.s de l'éducation populaire et des médiations numériques.

C'est au croisement du recrutement prochain de centaines de conseillers en Bretagne, de cet éco-système et de nos pratiques de coopérations qu'est né le projet initié autour de réunions labaccés d'une communauté apprenante des médiations numérique en Bretagne.

- Parce que nous pensons que la formation l'accompagnement ne concerne pas que les conseillers nouvellement recrutés mais tout autant les travailleurs sociaux, les acteurs du service public, les enseignants confrontés au quotidien à la médiation numérique et à l'accès aux droits ;
- Parce que l'expérience acquise par les acteurs qui la pratique leur donne une expertise d'usage source de connaissance et d'accompagnement pédagogique qu'il est possible de reconnaître, d'impliquer et de valoriser ;
- Parce que la richesse des travaux de recherche action, d'innovation publique et de politique publique déjà menés en Bretagne rend possible une recherche-action-formation qui croise les savoirs et s'enrichit mutuellement.

A travers ces éléments, très succincts du fait des 6 mn imparties, j'ai bien conscience de faire un pas de côté.

On pourrait aussi rêver d'un accompagnement par les services publics de l'état qui consacrerait la moitié des économies réalisées par la dématérialisation à un accompagnement en accueil physique des personnes en difficulté avec les procédures mises en place, mais cela risque d'être une illusion, les projets brestois ayant jusqu'ici été auto financés localement.

Je suis persuadé que dans ce temps où les crises se multiplient et qui vont grandissantes, il nous faut inventer de nouvelles façons de faire, frugales, inclusives et en coopération ouverte pour contribuer à un un monde vivable et désirable.

« Dans ce monde qui ne peut plus fonctionner comme avant, le pire peut arriver : les crises écologiques accélèrent la montée des inégalités les replis sur soi. Il nous faut relier transition écologique, transition sociale et transition démocratique pour inventer de nouvelles façons d'être et de vivre ensemble, pour imaginer des futurs désirables »

Appel de Tournai août 2019.


[1] Pour ma part j'ai été élu en charge de l'appropriation sociale du numérique de 1995 à 2014, sur 3 mandats avec un bilan en terme de démarche contributive publié ici : Premier pas vers une gouvernance contributive

[3] Elle est issue des formations Animacoop à l'animation de projets coopératifs qui ont aussi un modéle économique en coopération ouverte (replayde l'intervention de Laurent Marseault lors de la rencontre du groupe sur les modéles économiques de la Nuée.

[4] à noter une belle exception à ma connaissance la Fabrique des mobilités et l'appel à communs qui invite à identifier des Défis et à y répondre en communs : "Résilience des Territoires. Fév 2021 - 10 mois - 10 défis - 300 personnes - 30 communs initié par l'ADEME avec la participation de l'AFD et l'ANCT

[5] voir l'article d'Elisabeth Le Faucheur "Internet en habitat social à Brest : où en est-on ?", octobre 2019


Accéder à l'intégralité du contenu

Quelles fêtes...!?
Quand on parle des fêtes... de fin d'année, on parle de deux moments que je vois, que je vis différemment. Noël est plus dans la joie profonde et la nouvelle année dans le plaisir divertissant. Noël c'est la lumière plus grande que la nuit, la fragile innocence de l'enfance, la Vie à la source, des sens à partager en famille. La nuit du réveillon, elle, dit le temps qui passe, les plaisirs trompe la mort échangés dans l'amitié. Ou pas... Car il y a des sans famille et des sans amis, des sans espoirs et des sans mots pour le dire. Et des sans le sous par dessus le marché !
Cette année pas d'embrassades ? Nous inventerons la tendresse des regards et des mots doux sous les masques. Cette année pas d'insouciance ? Nous puiserons ensemble de la sérénité au puits de la fraternité. Et nous aurons peut-être mieux approché l'Essentiel... Voilà mes meilleurs vœux !
C'est bien beau, mais les cadeaux, tout ça ? On n'est pas (que) des anges... Et c'est tant mieux !


Quelles fêtes pour moi ?
Cela fait bizarre que ma famille ne soit pas réunie pour Noël. On a décidé que pour cette année, on fêtait Noël seulement avec nos enfants et petits enfants pour ne pas être trop nombreux pour respecter les directives du gouvernement, et aussi pour protéger les plus fragiles de notre famille. Je pense que pouvoir se déplacer à Noël plutôt qu'au premier de l'an, est préférable pour nos enfants, car même si on est précaire et qu'on ne leur offre pas des cadeaux très chers, fêter Noël est important pour montrer qu'on les aime tout simplement.
C'est sûr cependant, que ces fêtes n'auront pas la même saveur que celles des années précédentes.


Lors du premier confinement on avait senti une envie de vivre autrement, on évoquait le monde d'après … et puis tout est reparti quasi comme avant.
La fin de l'année est pour moi associée à une déferlante de consommation. C'est un luxe je pense de pouvoir s'affranchir de cette frénésie sans se sentir juger car la pression sociale est si grande :
Là cette année compte-tenu de la situation sanitaire, on pouvait espérer que cette période de fêtes soit différente et en observant les rues bondées, je ressens la même déception qu'au premier confinement. Une publicité a retenu mon regard « Libérons le pouvoir de Noël » donc achetons, consommons et advienne que pourra, janvier nous le dira … mais ce sera sans moi.


Les fêtes de fin d'année sont pour moi des mauvais moments. Un mois que je n'aime pas et qui m'énerve. Je ne supporte de voir les sapins et les décors.
Mon rêve est de passer les fêtes tout seul. Si je le fais c'est pour ma famille, mais cela me coûte beaucoup d'énergie.


Le sentiment qui domine en cette fin d'année est l'inquiétude sur l'évolution de la pandémie et j'ai du mal à me projeter dans l'avenir
L'ambiance générale est morose et ne donne pas envie de faire la fête.
On ne voit plus la fin de cette crise, les informations deviennent de plus en plus inquiétantes, Les difficultés pour se loger, se nourrir partout dans le monde se multiplient. Heureusement on voit aussi des initiatives d'entraides et de soutien se développer un peu partout et cela redonnent de l'espoir et fait chaud au cœur. Il y a aussi l'espoir du vaccin, mais aussi beaucoup d'incertitude ! Là aussi les informations sont anxiogènes
Quels seront les effets indésirables à long terme ?
Malgré tout, il est très important de fêter Noël, on restera prudent et on respectera les geste barrières l
Pour ma part, au lieu de faire un repas de noël, on en fera deux, un avec notre fils et notre petit fils et l'autre avec mes sœurs et frère pour ne pas dépasser le nombre de six à table.
Quelle drôle d'époque !


Accéder à l'intégralité du contenu
certains articles de Bretagne Creative ont pour source Bruded , Couleur quartier, Transition citoyenne au pays de Brest ou la Maison de la consommation et de l'environnement à Rennes qui ne figurent pas dans cette revue, faute de fil RSS complet spécifique sur les médiations numériques.

Les articles relarifs à la fabrication nuémrique sont à retrouver dasn la gare sur le "Faire local"/

Réseaux en Bretagne


listes de discussion

- Accés aux droits sur Brest métropole : accesdroitsnum-bm-info@listes.infini.fr ; une liste initiée en janvier 2021 par Loïc Frenay, Brest métropole, Elisabeth Le Faucheur, Brest métropole et Ville, Colette Mouret, Conseil Départemental du Finistère ; 146 paricipant.e.s.
- Centre de ressources au pays de Brest : cdr-pays-brest@infini.fr ; liste de travail et d'échanges des animateurs et acteurs du multimédia au Pays de Brest, issue du Centre de ressources du pays de Brest soutenu par la région (2004- 2006,bilan), 105 abonné.e.s, active.
  • Open bidouille Camp de Brest, la bricole en partage ! : 97 abonné.e.s, 2017.

Cartographie

et pour la mémoire collective

Rencontres




Travaux publiés sur la médiation numérique et l'accès aux droits en Bretagne

Un tour des études, bilans autour des madiations numérique, de l'e-inclusion et de l'accès aux doits en Bretagne à partir principalment des publications du GIS M@rsouin et du magazine contributif a-brest, (une publication sous licence par défaut CC by sa) en ligne depuis 2003, complétées récemmment par les publications des travaux du Labaccès (une publication sous licence par défaut CC by sa).

à compléter sur d'autres territoires en Bretagne, avec d'autres sources ...

note : les textes et publications relatives à la politique publique brestoise autour de l'appropriation sociale du numérique sont disponibles sur un wiki de 2006 à 2014, malheureusement interrompu ensuite.


2020-21


2019-2010

Région Bretagne - M@rsouin par Christine Petr, Emilie Huiban, Godefroy Dang Nguyen, Margot Beauchamps, Nicolas Deporte, Virginie Lethiais, 1er février 2016.
publication du GIS M@rsouin, par Emilie Huiban, Nicolas Deporte, 27 juin 2014.

  • avant 2010